Quelle est l’influence du cannabis sur le cerveau ?

Le cannabis est l’une des drogues les plus consommées par la jeune population. Il procure assez de plaisir et un sentiment de relaxation, mais à la longue, il devient dangereux pour le cerveau. Découvrez les effets de cette herbe sur la matière grise

Un câblage renforcé des neurones

Le volume du cerveau d’une centaine d’individus a été étudié à Dallas par Francesca Filbery et ses collaborateurs. De cette expérience, il ressort que chez les personnes qui fument du cannabis, une partie du cerveau a été diminuée. Il s’agit du cortex orbitofrontal. Cette portion du cerveau est active lorsque l’individu décide de prendre une décision. Elle favorise aussi la motivation. Par ailleurs, plus la personne concernée fume depuis assez longtemps, plus ce cortex est petit. Au même moment, le câblage des neurones chez ces individus est beaucoup plus robuste.

Cette connectivité a été renforcée parce que la gaine de myéline qui entoure les axones a été épaissie. Cependant, elle faiblit dès que la consommation du cannabis devient excessive. Les chercheurs au vu de ces résultats affirment que le cerveau du fumeur compense la détérioration des neurones par le renforcement du câblage. Ce processus d’adaptation finit par s’affaiblir à la longue et le cerveau du fumeur de cannabis se dégrade. Plusieurs recherches ont étayé ces conclusions.

La rétraction des cellules nerveuses

Une autre étude a confirmé les hypothèses de la précédente recherche. Selon leur analyse, la substance principale du cannabis qui est le THC se fixe sur quelques récepteurs du cerveau. Cela provoque un mécanisme qui transforme l’apparence et le développement des cellules nerveuses. Il a été découvert depuis peu que notre matière grise est dotée d’une substance appelée endocannabinoide. Sa propriété est de se fixer aux récepteurs identiques à ceux du THC contenu dans le cannabis.

Voir aussi :  Résoudre les troubles du sommeil avec le CBD

Dans le but de comprendre assez sur les processus déclenchés par cette dernière, des recherches ont été menées. Les chercheurs ont testé les cannabinoïdes sur des neurones qui étaient en culture. Cette étude a montré que les dendrites et les axones qui sont des parties essentielles d’un neurone arrêtent leur prolongement sous l’effet du cannabinoïde. Cependant, les chercheurs notifient que dans le cerveau, ce processus n’est pas aussi poussé qu’en culture. Ceci en raison des petites quantités d’endocannabidoides présent dans la matière grise. Pourtant, cette étude prouve quand même que le cannabis pourrait effectivement perturber la connectivité des neurones.

Difficulté de concentration et d’apprentissage

D’autres études ont aussi prouvé que le fait de consommer du cannabis provoque des troubles liés à la concentration. En plus de ceux-ci s’ajoutent des difficultés d’apprentissage. Ainsi, selon Manon Auffret, chercheuse en neurosciences, « Le cannabis est une drogue puissante qui provoque l’inhibition du mécanisme de la mémorisation, ralentit la motivation et perturbe la concentration ». Consommer régulièrement le cannabis réduit le développement cérébral et l’individu finit par avoir des difficultés à rester concentré et à apprendre. Ceci est dû à l’augmentation de l’épaisseur du cortex qui est censé diminuer surtout chez les adolescents. Ces symptômes sont plus fréquents chez les consommateurs réguliers que chez les autres. Selon la même chercheuse, les conséquences liées à la prise du cannabis diffèrent d’un individu à l’autre.

Certaines personnes développent beaucoup plus facilement une addiction à l’herbe de cannabis que d’autres. Ainsi, les effets de cette drogue dépendent du cycle de consommation, de la quantité, de la maturité, et du temps de consommation. À forte dose, le cannabis peut déclencher la schizophrénie. Ce trouble provoque chez les individus un défaut d’accord de la pensée, des rapports avec le monde et de la vie émotionnelle.

Voir aussi :  Découvrez 3 Bienfaits Insoupçonnés du CBD

 En définitive, notez que l’influence du cannabis sur le cerveau est multiple et sa sévérité dépend de certaines caractéristiques bien définies.

Pour me soutenir :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page