Herpès oculaire : comment le soigne-t-on ?

Il existe plusieurs maladies oculaires et certaines d’entre elles peuvent être d’une extrême dangerosité. L’herpès oculaire en est un bel exemple. Lorsque la personne malade n’est pas prise en charge à temps avec un traitement adapté, les conséquences peuvent s’étendre jusqu’à la perte totale de la vue. Plusieurs médicaments favorisent une excellente rémission et une cicatrisation rapide chez les victimes de cette maladie. Comment soigne-t-on l’herpès oculaire ?

Qu’entend-on par herpès oculaire ?

L’herpès oculaire est une maladie qui touche près de 60 000 personnes en France chaque année. Elle représente la plus grande cause de cécité d’origine infectieuse dans les pays fortement industrialisés. L’herpès oculaire est une affection transmise par un virus appelé le HSV (Herpès Simplex Virus) ou par le VZV (Varicelle Zona Virus).

Encore appelée herpès ophtalmique, cette maladie se transmet après simple contact avec une personne infectée ou par auto contamination. Ce dernier mode de contamination peut se faire après frottement des yeux après que les mains aient été en contact avec des endroits herpétiques du visage. Ces derniers sont souvent appelés des boutons de fièvre.

Quels sont les symptômes de l’herpès oculaire ?

Au début de la contamination, les symptômes d’un herpès oculaire sont plutôt légers. On a l’impression de souffrir d’une conjonctivite aiguë. L’œil rougit et devient larmoyant. La personne contaminée ressent des picotements semblables à l’effet de grains de sable dans les yeux. L’idéal serait de consulter un ophtalmologue immédiatement après l’apparition de ces symptômes.

Le plus grand problème se situe au niveau de la fréquence de récurrence de la maladie. En effet, il est fort possible que chaque récidive de la maladie soit plus violente que la précédente. Les dommages sont beaucoup plus aggravés au niveau de la cornée. Aussi, les nombreuses attaques du virus entraînent des lésions nerveuses qui entraînent une perte de sensibilité l’œil infecté.

Quels sont les traitements disponibles pour soigner l’herpès oculaire ?

Il est impératif de se traiter en urgence lorsqu’on souffre d’herpès oculaire. Lorsque cela n’est pas fait, la maladie dégénère et se transforme en kératite herpétique. Cela détruit les fonctions oculaires de l’œil. Cependant, lorsque la prise en charge par un ophtalmologue est effective, ce dernier peut prescrire un traitement d’antibiotiques anti herpétiques.

Dans les cas où l’infection est fortement prononcée, les antiviraux ne suffiront pas pour en venir à bout. L’ophtalmologue associe donc un traitement de corticoïdes à celui des antibiotiques. Les fonctions anti-inflammatoires des corticoïdes permettent de limiter les dégâts au niveau de l’œil.

Si après le traitement, le patient remarque une récidive, la maladie devient chronique. Dès lors, des traitements de routine sont nécessaires pour que l’infection ne se propage pas. Ces derniers peuvent consister en une application locale de pommade ophtalmique, de la prise de comprimés, mais aussi d’une application de gouttes de collyres sur les yeux.

L’une des particularités de l’herpès oculaire est que le virus ne peut être complètement détruit une fois qu’il pénètre dans l’organisme. Cependant, il ne se manifeste pas de façon active. Certaines conditions sont également favorables à son développement. Il s’agit de la fatigue, du stress, de la fièvre et de l’exposition au soleil. Ces dernières diminuent l’efficacité du système immunitaire.

Ce que vous devez absolument éviter

Lorsque vous souffrez d’herpès oculaire, il y a certains gestes que vous devez éviter à tout prix.

Évitez de porter les mains à vos yeux. Vous risquez de contaminer votre entourage en le faisant. S’il arrive que vos mains entrent en contact avec vos yeux, lavez-les immédiatement.

Évitez l’automédication. Appliquer un mauvais traitement risque d’aggraver l’état de santé de votre œil. Rendez-vous chez un spécialiste pour obtenir le traitement adéquat.

Pour me soutenir :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page