Quels maux peuvent cacher des envies fréquentes d’uriner ?

Plusieurs personnes se voient contraintes de chercher l’emplacement des toilettes partout où ils vont à cause de troubles urinaires qu’ils ignorent. Cette envie pressante d’uriner à chaque heure ou de façon échelonnée dans une journée n’est pas anodine. Il est donc crucial et vital de savoir de quoi il en retourne pour prendre les dispositions idoines pour sa santé. Sur ce, quels maux peuvent cacher ce besoin urgent d’aller pisser tout le temps ?

Le cancer de la prostate

La prostate est une glande qui se trouve uniquement dans l’organisme des hommes. Bien qu’extrêmement petit de taille, il peut causer d’énormes problèmes à la gent masculine. En effet, cette pièce maîtresse du fonctionnement du sexe masculin est malheureusement exposée dans certaines conditions à un mal appelé cancer.

Ce cancer de la prostate tapi parfois dans l’ombre jusqu’à croître. Heureusement, il laisse paraître des symptômes qui se manifestent entre autres par une envie pressante d’uriner à des fréquences régulières et rapprochées. Cela s’explique par le fait qu’en prenant du volume, il augmente la masse de la glande. Celle-ci étant située sous la vessie exerce constamment une pression sur le réservoir à urine.

Par conséquent, la capacité de stockage de cet organe est ainsi modifiée et revue à la baisse. La conséquence directe est le fait qu’en présence d’une quantité minime du liquide toxique, la personne ressent le besoin d’aller se soulager. La grande surprise pour ce dernier est le fait qu’il n’évacue à peine que quelques millilitres, voire quelques gouttes. Malgré cela, il a la sensation de ne pas avoir vidé sa vessie puisqu’elle semble encore pleine.

L’hyperactivité de la vessie

Une vessie hyperactive devrait en temps normal être une bonne nouvelle témoignant du bon fonctionnement de cet organe. Cependant, ce n’est pas toujours le cas, car à force elle devient hypersensible et communique à tort une fausse information au cerveau.

En principe, durant le processus, les capteurs dans la vessie informent le cerveau du niveau d’urine. Celui-ci de par son activité cérébrale contrôle les nerfs de nos membres pour nous conduire au WC. Seulement, l’hyperactivité de la vessie fait que celle-ci se contracte plus souvent et stimule cette envie irrésistible d’évacuer l’urine.

Les maladies neurologiques

Les maladies neurologiques peuvent permettre de comprendre l’automatisme en baisse du cerveau lorsqu’une personne a des envies fréquentes d’aller aux toilettes. En effet, l’une des fonctions primaires de l’encéphale est de diriger le système nerveux. Sachant que tous les organes sont composés dans leurs tissus de milliers de nerfs, la miction peut donc être contrôlée depuis la tête.

En réalité, une activité cervicale normale peut empêcher les contractions de la vessie lorsque le nerf pudendal se met en alerte. Un patient atteint de troubles neurologiques a moins de chance d’atteindre la continence vésicale.

Il s’agit de la capacité d’un individu à retenir l’urine lorsqu’il désire retarder autant que possible sa venue dans l’urètre. Que l’individu soit de sexe masculin ou féminin, s’il n’y parvient pas, il connaîtra des fuites. La frustration qui découle de ces pertes d’urine l’oblige instinctivement à anticiper en se rendant de façon répétitive aux toilettes.

La pollakiurie

La pollakiurie est un mal qui sévit tant auprès de la gent masculine que féminine. Elle se traduit par des envies régulières d’aller pisser, et ce, à intervalle restreint, variant entre 1 et 2 heures. En effet, à chaque miction, le débit urinaire est faible.

Ceci étant, le volume d’urine évacué est moindre et la vessie n’est jamais vidée à 100 %. Au bout du compte, la personne souffrant de cette maladie devrait faire en moyenne 7 allers-retours aux toilettes.

Il faut souligner ici que le besoin d’uriner peut surgir dans la nuit profonde. C’est pour cela que vous entendrez parler de pollakiurie nocturne. Quand le sujet y fait face seulement en journée, il s’agit dans ce cas de pollakiurie diurne. Ce trouble urinaire survient généralement chez les personnes âgées.

Le diabète

Le diabète est une maladie qui fait beaucoup de ravages, car tous les humains peu importe leur âge sont concernés. Il entraîne une dégradation de l’organisme dès l’instant où l’insuline sécrétée par le pancréas n’est plus exploitée par le corps. Il s’ensuit donc un état d’hyperglycémie qui se traduit par une augmentation du taux de sucre dans le sang.

Ce sucre doit quitter l’organisme par voie urinaire, et pour ce faire, la personne souffrante de diabète est contrainte de boire énormément d’eau par jour. Cette consommation inhabituelle et importante d’eau impacte le nombre de visites aux toilettes, car cela s’avère nécessaire pour éliminer le sucre de l’organisme.

Les calculs urinaires

Les calculs urinaires touchent majoritairement les hommes. Les signaux d’alerte de ce mal sont les douleurs lors de la miction et la présence de sang dans l’urine. Il s’agit en réalité de petits cristaux contenus dans l’urine qui se déposent dans les reins et qui peuvent descendre dans l’urètre.

Une concentration d’urine peut donc faciliter l’accumulation des cailloux. Dans ces conditions, il y a plus de chance qu’ils fusionnent et prennent du volume. Leur apparition dépend en partie de l’alimentation. C’est ce qui explique pourquoi les personnes sujettes à ce mal sont plus ceux en surpoids (obèses) et diabétiques.

Il y a aussi la faible hydratation qui favorise la condensation et l’épaississement du liquide toxique. Cela oblige donc le patient à boire de l’eau fréquemment et par conséquent à uriner davantage à longueur de journée.

Si vous ressentez de manière continue l’envie de pisser en urgence, n’hésitez pas à consulter un urologue afin d’être fixé sur votre état de santé. Il est mieux de détecter le problème lorsqu’il est encore au stade bénin. Le plus souvent à ce stade, la situation est moins complexe à gérer et ne requiert pas forcément un investissement financier exorbitant.

Pour me soutenir :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page