Priapisme ou érection persistante : est-ce un trouble sexuel ?

Le priapisme est une pathologie qui se traduit par une érection persistante anormalement prolongée du pénis en l’absence de toute stimulation. Cela peut être très inconfortable. Cette érection longue et douloureuse ne doit pas être négligée si vous en souffrez, car elle est parfois une urgence médicale. Le priapisme peut avoir des conséquences graves sur la vie sexuelle s’il n’est pas traité à temps. Ce trouble sexuel est fréquent chez les enfants de 5 à 10 ans et chez les adultes de 20 à 60 ans sous des formes différentes.

Le priapisme, de quoi s’agit-il vraiment ?

Il s’agit d’un trouble de la sexualité qui est caractérisé par une érection de longue durée et douloureuse si elle est grave. Il intervient sans désir sexuel ou sans une quelconque excitation. Il existe différentes formes de priapisme, allant du plus grave au moins grave.

  • Le priapisme à bas débit encore appelé ischémique

Conséquence d’une anomalie du retour veineux qui est insuffisant, c’est la forme la plus fréquente et notamment la plus dangereuse. Le sang ne pouvant plus être évacué, cela peut provoquer une lésion et une nécrose des corps caverneux. Le priapisme à bas débit est donc causé par un manque de débit sanguin et par conséquent d’oxygène dans le pénis. Une forte douleur est ressentie quand elle dure plusieurs heures. Il représente une urgence médicale.

  • Le priapisme intermittent

C’est une forme de priapisme à bas débit. Il est souvent la cause d’une érection récurrente de moins de 3 heures. Il s’agit souvent d’une érection nocturne qui se prolonge.

  • Le priapisme à haut débit ou non ischémique

Associé à une augmentation du flux artériel, il est moins douloureux que les autres formes et moins dangereux. Le flux sanguin dans le pénis est augmenté, mais le pénis n’est pas complètement rigide. Cette forme est plus rare et moins grave que le priapisme à bas débit. Il peut stopper spontanément.

Cependant, la cause du priapisme n’est souvent pas connue par les médecins, car elle reste vaste. La raison la plus fréquente est la prise de médicament contre le dysfonctionnement érectile. Parmi les autres causes, il y a :

  • le cancer de la prostate ;
  • une lésion au niveau du périnée ou du pénis ;
  • la prise de substances toxiques (cocaïne, amphétamines) ;
  • la compression de la moelle épinière, etc.

Peu importe la forme de priapisme, il est conseillé de consulter un médecin au plus tôt surtout quand l’érection persiste pendant plusieurs heures. Cela vous aidera à déterminer les causes, mais aussi à éviter certaines complications plus graves.

Pour établir un diagnostic plus approfondi, l’urologue peut demander de faire une échographie pour examiner le flux sanguin vers le pénis afin de définir la forme de priapisme dont il s’agit et ainsi savoir quel traitement suivre.

Le priapisme ou érection persistante : quel traitement ?

Les mesures simples pouvant être prises consiste à pratiquer une activité physique comme monter et descendre rapidement des escaliers. Vous pouvez aussi prendre une douche froide au niveau du pénis pour déclencher une contraction des vaisseaux. Le priapisme reste toutefois un cas d’urgence et le traitement doit commencer le plus tôt possible par un urologue de préférence. Il est primordial de diagnostiquer le type de priapisme pour pouvoir distinguer le priapisme ischémique des deux autres, car son traitement ne peut pas être retardé.

Dans le cas d’un priapisme à bas débit, le plus grave, une ponction du corps caverneux est réalisée sous anesthésie locale. Le sang bloqué dans la verge est alors aspiré. En faisant un examen échographique sur les organes génitaux, une recherche plus complète des zones environnantes pourrait être effectuée ou l’injection d’une substance vasoactive dans le pénis permettra d’assurer la bonne évacuation du sang. D’autres traitements peuvent être envisagés selon la gravité.

Le priapisme peut être désagréable, et selon son origine, il peut devenir très douloureux pour la personne qui en souffre. Il faut donc le traiter le plus tôt possible, généralement dans les 4 heures pour éviter tout risque d’aggraver la pathologie.

L’objectif de la prise en charge est de soulager le patient en mettant fin à l’érection, de trouver la cause, mais aussi d’éviter la gravité. Il faut aussi savoir qu’on ne peut pas toujours supprimer la cause d’un priapisme et que des épisodes peuvent encore se reproduire. C’est dans ce cas que l’on parle de priapisme récidivant. L’aide de votre médecin vous sera précieuse.

Pour me soutenir :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page