Quand est-on immunodéprimé ?

L’immunodépression est un état de santé dans lequel le système immunitaire de l’organisme n’est plus en mesure d'endiguer les agressions extérieures. Il est particulièrement affaibli et les anticorps ne sont pas disponibles en quantité suffisante. Les personnes qui en souffrent sont fréquemment malades et sont confrontées à de petites maladies. Comment savoir qu’on est immunodéprimé ?

Comment savoir qu’on souffre d'immunodépression ?

Le système immunitaire du corps humain fonctionne avec des cellules et des protéines programmées génétiquement depuis la conception pour lutter contre les agressions extérieures. Chaque cellule ou protéine assure une fonction spécifique. Elles agissent également ensemble pour défendre efficacement l’organisme des antigènes. Ces derniers sont très dangereux pour l’organisme et perturbent aussi le bon fonctionnement de ce dernier.

L’un des signes d’une immunodépression est l’apparition de maladies bénignes ou graves, parfois récurrentes ou récidivantes. Il peut s’agir de toutes sortes de pathologies comme les mycoses, les infections bénignes, le paludisme, et même d’otites.

Les signes cliniques qui peuvent caractériser une immunodépression sont :

  • les infections sévères et récurrentes,
  • les pathologies inhabituelles et répétitives,
  • le changement inexpliqué de poids, surtout chez les enfants,
  • les infections récurrentes des voies respiratoires.

Ces signes cliniques peuvent être liés à des antécédents familiaux, c’est-à-dire dus à l’héritage génétique.

Causes de l’immunodépression

L’organisme peut être affecté par deux sortes d’immunodépression. Le déficit immunitaire primitif est la défaillance ou l’absence de certains anticorps ou cellules de défense.

Le déficit immunitaire secondaire, lui se caractérise par la perturbation du système immunitaire par un facteur externe (l’obésité, la malnutrition, la prise de certains médicaments).

Voir aussi :  La France a-t-elle le meilleur système de santé au monde ?

Plusieurs causes sont à la base de l’immunodépression dans l'organisme humain.

En dehors de l’héritage génétique, il y a des pathologies qui sont à la base d’une immunodépression.

Ces pathologies peuvent apparaître après la prise d’un médicament, l'adoption d’un comportement malsain ou d’un facteur environnemental.

L’une des pathologies les plus connues est le VIH (virus Immunodéficience Humaine). Cette maladie entraîne la diminution du nombre d’anticorps (globules rouges) et rend ainsi l’organisme accessible aux autres infections.

Plusieurs autres facteurs affectent l’immunodépression. Nous avons le cancer, le diabète de type 1 et 2, la chimiothérapie, les insuffisances rénales, cardiaques et respiratoires, l’obésité et la malnutrition.

Traitements possibles de l’immunodépression

Le traitement de l'immunodépression dépend de la cause. Ainsi, plusieurs traitements sont disponibles. Le traitement le plus fréquent est basé sur les antibiotiques pour les infections récurrentes et récidivantes.

En ce qui concerne les cas graves, la possibilité de faire une greffe de cellules-souches dans le système immunitaire est possible. Toutefois, pour faire cette opération, il faut trouver un donneur compatible.

On prélève des cellules-souches dans la moelle osseuse du donneur qui seront ensuite injectées dans la moelle osseuse du malade. Ainsi, un renforcement des capacités du système immunitaire est fait pour l’immunodéprimé. Son système immunitaire est obligé d’utiliser ces cellules pour se défendre.

Néanmoins, cette opération comporte d’énormes risques. Le système immunitaire ciblé pourrait rejeter la greffe. Ce rejet peut encore affaiblir le système immunitaire de l’organisme.

Pour augmenter les chances de réussite de la greffe, il est préférable de choisir la moelle osseuse d’un membre consanguin de la même famille et partageant le même matériel génétique (frères et sœurs).

Voir aussi :  Comment bien choisir sa complémentaire santé ?

Un autre traitement est la thérapie génique, surtout dans le cas d’une immunodépression héréditaire. Ce traitement permet de modifier le gène responsable de l'immunodépression. Cependant, ce traitement est encore en phase d’essai et est très peu utilisé.

Il existe également des médicaments immunodépresseurs qui sont utilisés pour le traitement des maladies auto-immunes ou inflammatoires. Des vitamines et minéraux comme la vitamine D et le zinc sont aussi utilisés comme des traitements médicamenteux.

Afin de préserver le malade des pathologies et infections, on peut aussi procéder à un isolement de la personne immunodéprimé. Il faut préciser qu’une personne ne peut être déclarée immunodépressive que par un médecin.

Pour me soutenir :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page